YANTRAयन्त्र

Sri Yantra

Origine et Fonction

« Yantra » est un terme Sanskrit qui signifie « sustenter, intégrer, reconnaître ».

Les Yantras sont des représentations géométriques qui symbolisent les grands principes énergétiques de l’Univers.

Utilisés comme support de méditation, ils soutiennent la clarté de l’esprit.

Prenant son origine dans la tradition Hindoue, le Yantra fût tout d’abord emprunté par la religion Bouddhiste (nommé « Mandala »), puis par le jaïnisme (sous le nom de « siddhachakra » ou « navapada »), et enfin par le taoïsme.

Ils sont aisément identifiables grâce à leur cadre carré, nommé « ville-terre », d’où s’étirent quatre portes cardinales.

A l’extérieur de ces portails s’étendent les quatre océans cosmiques de la tradition Hindouiste : l’océan de canne à sucre de Dharma (le devoir), l’océan de sel d’Artha (la richesse), l’océan de ghee de Kama (la félicité), et l’océan de lait de Moksha (la délivrance).

Imaginez un yantra comme une ville, dont quatre océans primordiaux s’étirent extra muros ; vous entrez dans la citadelle par l’un de ces portails-gardiens, situés aux quatre points cardinaux ; intra muros se trouvent des figures : triangles, cercles, lotus… ; chaque intersection de figure géométrique représente une manifestation vibrante de la Reine-Shakti ou du Roi-Shiva régnant sur sa ville-yantra.

Ainsi chaque Yantra, dans la spécificité qui le compose, est un outil d’auto-transcendance.

Les hindous perçoivent le Yantra comme un symbole de vérité suprême et d’amour universel.

Méditer avec un Yantra est une voie propice pour atteindre la Connaissance, car sa géométrie sacrée facilite la compréhension et l’intégration des mécanismes de l’Univers.

En effet, ces diagrammes mystiques encodés véhiculent des contenus qui interpellent nos structures psychiques inconscientes : les différentes figures qui le composent illustrent les concepts du monde qui relèvent de la métaphysique, afin de rallier l’Homme à l’Unité – en lui conférant une vision globale et concise de l’existence, la pratique méditative du Yantra nous invite à établir un lien fusionnel avec le cosmos.

On dénombre aujourd’hui 960 yantras, dont le plus connu est le Sri Yantra considéré comme le Yantra originel, puisqu’il englobe toutes les géométries existantes.

Kali Yantra

Dessiner soi-même un Yantra

Dessiner est une manière ludique de méditer ; cela invite à focaliser son attention sur ce que l’on crée dans l’instant depuis la pointe de son crayon qui glisse subrepticement sur le papier.

Dessiner un yantra nécessite d’autant plus de concentration, de netteté et de précision, qu’il s’agit de géométrie sacrée. Ainsi, tout découle de la minutie du tracé de base.

Pour cela il sera utile de se munir d’un compas, d’une règle, d’un rapporteur, d’un porte-mine et d’une gomme.

Les composantes du Yantra

Chaque élément du Yantra possède de nombreux niveaux de significations, qui peuvent être abordés sous différents angles.

En effet les figures géométriques qui les composent, selon leurs dispositions, émettent une vibration spécifique, et chaque Yantra diffère de par la disposition et le nombre de ses motifs.

Les formes les plus couramment utilisées sont le carré, le cercle, le point, le lotus et les triangles.

Les motifs expansifs, qui tendent à sortir du cadre, insufflent une intention d’évolution (macrocosme).

Tandis que les formes expansives à l’intérieur même du cadre représentent l’avènement de l’intuition (microcosme).

Le corps humain est considéré comme le plus parfait et le plus puissant de tous les yantra.

Grâce à l’intuition messagère privilégiée de l’âme le véhicule corporel est considéré comme l’outil optimal de la prise de conscience (et de la transcendance).

D’où l’intérêt de le maintenir alerte, sain, et dans une bonne énergie.

Quelques figures géométriques

  1. Le Bindu

Le point est généralement le centre du yantra, une source rayonnante d’énergie

Il est l’origine du suprême Savoir dont toute chose provient, ce vers quoi toute chose retourne, et qui génère toute forme.

Quand ce point se situe au centre du yantra, il signifie l’unité avec Soi et le Grand Tout.

Il sert souvent de base pour entrer en méditation car il favorise une intense concentration.

Le point peut être entouré d’un cercle (ou Chakra) qui représente la perfection et le vide créatif.

2. Le Cercle – Chakra

Toute figure géométrique apparentée au cercle est par essence « centrée ».

Dans le Sri Yantra, les trois cercles entourés de pétales de lotus représentent les trois mondes de la manifestation : physique, astral, causal – et les trois états du temps : passé, présent, futur.

3. Le Triangle

Lorsqu’il est pointé vers le haut, le triangle désigne l’énergie, le service, l’action. C’est le symbole du feu, ainsi que celui du principe masculin – ou Shiva. Il désigne aussi le substrat statique du cosmos et l’aspiration spirituelle intense.

Il est Shiva Kona, l’aspect masculin – représentant également le lingam, l’organe sexuel masculin.

Lorsqu’il est pointé vers le bas, celui-ci désigne la connaissance spirituelle, la puissance créatrice, ainsi que la fécondité et l’élément de l’eau.

Il est Shakti Kona, le principe féminin ou Shakti – et représente également la Yoni, le sexe féminin.

Le Shatkona est un hexagramme composé de deux triangles entrelacés dont l’un pointé vers le haut et l’autre, vers le bas.

Il représente une étoile à six pointes symbolisant l’union de Shiva & Shakti – la création, l’enfantement, la réalisation.

4. Le Carré

Ou Bhupura, est la représentation symbolique de l’élément terre.

Le carré représente les barrières, les murs de la citadelle (ainsi que les barricades de nos pensées, nos limitations mentales) – mais également l’ancrage. Il est un symbole d’incarnation, de stabilité et d’enracinement.

Il contient toutes les émotions terrestres telles que la colère, la jalousie, la peur.

Méditer sur le carré invite donc à maîtriser ses émotions.

Dans ce contexte, les portails extérieurs symbolisent les portes de sortie de nos débordements émotionnels.

5. Le Lotus, ou Padma, symbolise la pureté.

En effet le lotus, bien que né dans la boue, est d’une beauté immaculée.

Le lotus symbolise donc le chemin à emprunter pour atteindre la pureté, un chemin souvent trouble, sombre et difficile, mais dont l’issue est clarté.

Chaque pétale représente une propension psychique, ou vritti.

Chaque vritti est associé à un chakra.

Le Lotus à seize pétales, « l’exécuteur du désir »

Chacun des seize pétales correspond à une yogini, qui sont : la terre, l’air, le feu, l’eau et l’éther (ou esprit/espace), oreille, peau, œil, langue, nez, parole, mains, pieds, anus, clitoris-ou-pénis, tergiversations de l’esprit.

Ils représentent les éléments qui composent notre corps, qui nous permettent d’in-di-gérer, et à travers lesquels nous respirons. Les seize pétales sont les moyens par lesquels nous nous exprimons et traversons l’expérience.

Viennent ensuite les expériences qui en découlent, symbolisées par la couronne (ou Lotus) aux huit pétales…

Le Lotus à huit pétales, le « chakra palpitant »

Les 8 yogini qui correspondent aux 8 pétales du mandala sont décrites comme les shakti du discours, du maintien, de la marche, de l’excrétion, du plaisir, de l’abandon, de la concentration et du détachement. Elles sont les yogini du grand secret.

Si les seize pétales représentent les moyens d’exploration, les huit pétales quant à elles sont considérées comme ce qui est à explorer et à expérimenter.

Les composantes du Shri Yantra

Le Sri Yantra représente l’Univers. Il symbolise la Création jaillissant du Désir Primordial, manifestée par la vibration sonore OM. Il est la représentation visuelle de cette vibration (spanda) formée par le son sacré.

Père de tous les Yantras, le Sri Yantra est aussi le plus utilisé. Symbole du lien entre macrocosme et microcosme, il contient toutes les étapes de la manifestation cosmique.

Composé d’un bindu en son centre (appelé para bindu, le point originel), puis de neuf triangles imbriqués, de cercles et de fleurs de lotus, il peut revêtir trois dimensions : sphérique, plane ou pyramidale.

Les quatre triangles qui pointent vers le haut représentent Shiva, avec son énergie ascendante ; tandis que les cinq triangles qui pointent vers le bas représentent Shaki, ou Lalitā, et son énergie descendante. Lalitā, ou Tripurasundarī, est une manifestation Tantrique de la Déesse Durga, symbolisant la « Joie Divine imprégnant l’Univers » au delà du mirage de Māyā (l’illusion).

Shiva-Shakti, Couple Divin, unis dans le Bindu.

Entrelacés, ils forment 43 petits triangles dans une matrice symbolique de création.

Le tout est enveloppé de deux cercles formés d’une couronne de huit pétales de fleur de lotus, puis d’une autre couronne de seize pétales, enceints dans « la citadelle de la terre ».

Le cheminement de l’odyssée humaine – d’une existence basiquement matérielle à l’illumination ultime – est ici cartographiée. Chaque étape de l’évolution est encodée et nous ramène inéluctablement en son centre, vers le Bindu.

Le Shri Yantra offre ainsi une vision globale de l’existence terrestre, de sorte qu’en méditant auprès de lui, le yogi puisse fusionner avec le cosmos.

Il est une métaphore de tous les êtres vivants et de l’univers dans son mouvement perpétuel, oscillant entre expansion et rétractation.

Symbole de l’abondance universelle, il est un outil de choix pour la manifester dans sa vie.

ᗰᗩY YOᑌᖇ ᑭᖇᗩᑕTIᑕE ᗷE YOᑌᖇ ᒍOY ☆ KᗩᖇEᑎ

le-yoga-de-karen.com

Les commentaires sont clos.