Renforcer son immunité

Voici une liste non exhaustive de gestes-santé préventifs ayant pour but d’améliorer la résistance physique et psychique ; quelques moyens simples, à la portée de tous, qui prennent peu de temps et qui sont très efficaces.

« Le microbe n’est rien ; le terrain est tout. »

Antoine Béchamp

Ainsi, les quatres lois du Vivant parlent de bien respirer, bien s’alimenter (sur le plan physique, vital, émotionnel et spirituel), bien dormir et bien éliminer.

Un sommeil suffisant et de qualité est l’une des clés majeures de la santé. Il permet le fonctionnement optimal de notre système circadien. Des études épidémiologiques ont permis d’associer une mauvaise qualité du sommeil à une augmentation de la vulnérabilité aux infections. De fait, il est recommandé de se coucher vers 21-22h afin d’avoir un temps de régénération nerveuse et glandulaire suffisant ; passé minuit, le corps s’affaire au nettoyage de l’organisme.

Respirer de manière complète et en conscience plusieurs fois par jour.

Une bonne oxygénation est essentielle pour augmenter la résistance aux virus, le coronavirus actuel entraînant une hypoxie (diminution de l’apport d’oxygène).

Il existe bien des techniques respiratoires, telle que la cohérence cardiaque, la respiration Buteyko, les Prânâyâmâ… Toutes ont leurs avantages.

Il est également conseillé d’aérer sa maison régulièrement, et d’aller se vitaliser en pleine nature (30 minutes d’une activité physique modérée/j).

Vivre dans un environnement sain, proche de la nature, loin du stress, des pollutions chimiques, électromagnétiques, lumineuses ou bruyantes est précieux. L’épigénétique est catégorique : notre environnement est déterminant pour notre santé.

Faites du sport, chez vous ou en pleine nature pour activer votre métabolisme. Une activité physique régulière et modérée active le système immunitaire.

Bains de forêt

Un moyen très simple de se faire du bien et de renforcer nos défenses, est de se balader dans la nature, et si possible en forêt.

Des études intéressantes montrent une augmentation du nombre et de l’activité des cellules NK (les « cellules tueuses » de notre système immunitaire qui luttent contre les agresseurs) après un bain de forêt, persistant encore 30 jours après ; ou une chute de 40 % du taux de sucre dans le sang chez des personnes diabétiques après 30 minutes de balade en forêt ; ou une diminution très nette du rythme cardiaque et de la pression artérielle après 15 minutes de marche en forêt.

Aidez-vous du froid : pratiquez la douche écossaise ou les bains froids. Les bains de Kneipp (bains de siège à friction froid) peuvent être utilisés ~ en préventif pour renforcer le système immunitaire, ou en curatif pour faire diminuer la fièvre.

De nombreuses études le démontrent : l’adaptation au froid est recommandée pour renforcer l’organisme.

Pour accoutumer votre corps au froid (si vous n’êtes pas un habitué aux bains dans les rivières ou les lacs en hiver) finissez vos douches par de l’eau froide : au début sur les jambes, puis augmentez progressivement les zones et la durée. L’important est de bien respirer, calmement et sans bloquer la respiration, et de faire confiance au corps.

Respiration et froid s’associent, car unis ils amplifient leurs effets :

– amélioration de la respiration et de l’oxygénation de tout l’organisme,

– tonification du système cardio-vasculaire,

– diminution du stress, de la douleur, de l’inflammation

– détente générale, meilleure attention au présent, augmentation de l’énergie, de la joie de vivre,

– meilleure régulation du système immunitaire.

Alimentation

On ne compte plus les études qui attestent du rôle primordial de notre système digestif sur la performance de notre système immunitaire, mais aussi sur de multiples fonctions corporelles, physiques et psychiques.

Il s’agit donc d’en prendre soin, et de « bien se nourrir » (à tous points de vue : alimentaire… mais aussi intellectuel, spirituel, ainsi que des relations humaines riches).

Consommez des aliments vivants : fruits et légumes bruts, de qualité biologique. Des noix, des oléagineux, de bons corps gras (avocat, olives, noix de coco, huiles de première pression riches en oméga-3 comme le lin, le chanvre, etc.).

La vitamine D

C’est une prohormone synthétisée sous la peau sous l’effet du soleil, puis transportée dans le foie et les reins où elle est transformée en hormone active.

Elle est responsable de l’absorption intestinale du calcium et de la santé osseuse.

En outre, elle module le fonctionnement du système immunitaire et joue un rôle dans la régulation et la suppression de la réponse inflammatoire cytokinique à l’origine du syndrome de détresse respiratoire aigu qui caractérise les formes sévères de Covid-19.

L’Académie nationale de Médecine recommande l’administration de Vit D3 en prévention, et de hautes doses en cas d’infection.

En prévention, elle réduirait de moitié le risque d’infection, et si vous êtes infectés, elle diminuerait de moitié le risque de forme grave.

Vous ne risquez rien à prendre quotidiennement des gouttes de vitamine D3 d’octobre à mars, sauf problème de santé particulier ~ dans ce cas, parlez-en à votre médecin qui pourra vous faire un dosage sanguin de la vitamine D.

La vitamine C

Apportée par les fruits et les légumes, est un puissant antioxydant. Les apports officiels recommandés sont de 110 mg par jour, mais toutes les nouvelles études montrent que seul un minimum de 400 mg par jour améliore la résistance au stress, le traitement de l’hypertension, la santé des artères, la prévention des cancers.

Voici dans l’ordre décroissant quelques uns des aliments les plus riches en vitamine C : goyave crue, cassis cru, persil frais, poivron rouge, raifort cru, chou frisé, brocoli cru, kiwi, algue dulse, litchi, fraise, papaye, chou rouge, algue nori, orange, chou-fleur, chou rave, citron, oseille crue, épinards crus, etc.

La vitamine E est également très antioxydante.

Vous la trouvez dans l’huile de germe de blé, l’huile d’avocat, l’huile de carthame, ou l’huile de noisettes.

Boire des jus verts riches en chlorophylle.

Pour ceux qui n’auraient pas d’extracteur, les poudres déshydratées à froid de jus d’herbe de blé ou d’herbe d’orge sont également d’excellentes sources de chlorophylle.

Consommer de bonnes protéines : graines germées, algues, oeufs bio pour bénéficier d’oméga 3 anti-inflammatoires et de bon cholestérol.

S’assurer de bien digérer.

Car bien se nourrir, c’est bien digérer pour bien absorber puis assimiler les nutriments. Mais bien digérer, c’est aussi s’assurer de choyer son système immunitaire : 80% de ce dernier se construit dans l’intestin. D’où l’importance d’une bonne alimentation.

Un bon transit est également important pour éviter de s’auto-intoxiquer : une selle par jour minimum, idéalement une selle par repas. Si vous avez du mal à y aller, préparez-vous la veille au soir des infusions de plantes laxatives douces comme la mauve, la guimauve, la rhubarbe.

Faites une cure de pollen frais de ciste.

Le pollen frais est un aliment cru, vivant, très complet et complexe. C’est un probiotique naturel qui fait partie de la catégorie des « super-aliments ».

Par sa richesse nutritionnelle, il renforce la vitalité et les défenses immunitaires de l’organisme.

En fonction de la plante pollénisée, celui-ci a des propriétés différentes : le ciste est riche en ferments lactiques, vit. E et B1, sélénium et caroténoïde ; il est équilibrant général, mais aussi de la flore intestinale (et on l’a vu, la majorité de notre système immunitaire se fait dans notre intestin) et dynamisant : 1 c à S le matin avec vos fruits, ou à jeun. Insalivez bien.

Contrôlez également vos taux de fer, zinc, sélénium, iode et complémentez au besoin.

Ce sont des co-facteurs indispensables à de nombreuses réactions métaboliques dans l’organisme :

Zinc

Indispensable au système immunitaire pour lutter contre le virus.

Avec l’âge, l’altération de la barrière intestinale réduit l’absorption du zinc, d’où l’intérêt de se supplémenter. Sans toutefois dépasser la dose journalière de 15 mg.

Magnésium

Les reins et le foie ont besoin de magnésium pour absorber la vitamine D.

Le stress chronique épuise nos réserves.

Dans nos pays industrialisés, nous manquons souvent de magnésium, ce qui accroît le risque de maladies cardio-vasculaires, d’hypertension, de problèmes de mémoire, de fragilité osseuse, de problèmes métaboliques (obésité, diabète, cholestérol élevé…)

500 mg par jour en association avec la vitamine D sont recommandés en prévention.

Les aliments les plus riches en magnésium sont le cacao et le chocolat noir, les fruits à coque, les mollusques, les céréales complètes, les fruits et légumes secs.

Vous pouvez envisager une cure de magnésium marin, ou encore mieux d’eau de mer à l’isotonie.

L’extrait de pépins de pamplemousse peut aussi aider.

Et une cure de plantes : l’échinacée, le sureau et le cassis, sont très intéressants pour soutenir le système immunitaire.

Miel et sphère ORL

Une étude minutieuse de 60 millions de consommateurs l’a démontré en 2015, et une vaste étude publiée le 18 août 2020 dans le journal médical de référence British Medical Journal le confirme : le miel est plus efficace contre les rhumes, toux, maux de gorge, états grippaux que les médicaments. « Les médecins devraient prescrire du miel en cas d’infection des voies respiratoires supérieures, et non des antibiotiques qui sont souvent prescrits dans ce genre d’infection lorsqu’ils sont totalement inefficaces et inappropriés », concluent les chercheurs de l’université d’Oxford.

Mais le pouvoir thérapeutique dépend de sa qualité: choisir un miel si possible biologique, récolté à froid, éviter les miels industriels.

• En cas de toux grasse (présence de mucus) :

– 1 cuillère à café de miel de thym, d’eucalyptus ou de sapin

– 1 goutte d’huile essentielle de myrte (Myrtus commis CT cinéole)

– 1 goutte d’huile essentielle d’eucalyptus globuleux (Eucalyptus globulus)

Prenez ce mélange 3 à 4 fois par jour, pendant 4 à 5 jours, à distance des repas.

Ce mélange facilitant l’expulsion du mucus, évitez de la prendre avant de vous coucher

• En cas de toux sèche :

Si votre toux est plutôt irritante, tournez-vous vers le miel de lavande, aux propriétés douces et apaisantes.

– 2 cuillères à café de miel de lavande (Lavandula angustifolia)

– 2 gouttes d’huile essentielle de cyprès (Cupressus sempervirens)

Prenez ce mélange lentement en le laissant tapisser les muqueuses de la gorge et suffisamment loin des repas pour qu’il puisse s’y déposer.

• En cas de maux de gorge :

– 1 cuillère à café de miel de lavande

– 1 goutte d’huile essentielle de cannelle (Cinnamomum verrum)

– 1 goutte d’huile essentielle de citron (Citrus limonum)

Prenez ce mélange en dehors des repas 3 à 4 fois par jour pendant quelques jours.

• En cas de rhino-pharyngite (caractérisée par un écoulement nasal, de la fatigue, une fièvre modérée et une inflammation de l’arrière-gorge) :

Optez pour les miels de romarin ou de thym, antiseptiques et anti-inflammatoires.

– 2 cuillères à cafés miel de thym ou de romarin

– 2 gouttes d’huile essentielle de ravintsara (Cinnamomum camphora CT 1.8 cinéole)

– 1 goutte d’huile essentielle de cannelle (Cinnamomum verrum)

Prendre ce mélange 3 fois par jour pendant 5 jours.

Ayez une hygiène nasale quotidienne en pratiquant un lavage du nez, à minima une fois par jour matin et soir.

Jala Neti – le nettoyage du nez à l’eau salée – se pratique avec un lota. C’est un geste naturel et simple que beaucoup de gens ignorent. Ce geste issu de la médecine Ayurvédique prévient les infections, rhinites, sinusites et autres troubles ou encombrement des voies O.R.L. en renforcant l’immunité des voies respiratoires.

Comment procéder :

Mettez 1 càc rase de fleur de sel (sel non raffiné) + 1/2 càc de sels de magnésium (sel de Nigari). Ajoutez de l’eau tiède à environ 34°C, jusqu’à l’encolure. Remuez doucement afin que les sels se dissolvent bien. Vérifiez bien que la température de la solution soit agréable en versant quelques gouttes sur le dos de votre main.

Placez-vous ensuite au-dessus du lavabo, l’embout du lota à l’entrée de la narine. Trouvez la position idéale, en inclinant la tête vers l’avant et tournée sur le côté (si vous mettez de l’eau dans la narine gauche, tournez la tête à gauche pour que l’eau s’écoule dans la narine droite en bas).

Lorsque la solution aura été épuisée à moitié, retirez le lota, évacuez l’eau en soufflant et faire de même de l’autre côté en vidant la seconde moitié de la solution saline.

Méditation

Avec la respiration, la méditation régulière est un outil puissant pour travailler sa capacité à rester présent, à s’ancrer, à échapper aux fantasmes du mental, aux peurs. Il y a de nombreuses écoles et de façons de faire ; chacun suivra la voie qui lui sied.

Faites l’amour

La sexualité, comme toute activité physique, favorise un cœur d’athlète ; la sécrétion d’adrénaline agit sur le système cardio-vasculaire en augmentant le taux de glucose dans le sang, la pression artérielle et le rythme cardiaque.

L’acte sexuel libère des hormones et des neuromédiateurs comme les endorphines, la sérotonine et la dopamine, qui renforcent le système immunitaire et nous font nous sentir bien.

Les effets anxiolytiques, anti-hypertenseurs et antalgiques du sexe et de l’amour sont immédiats ; ils réduisent globalement le stress par l’action de l’ocytocine, de la dopamine et des endorphines.

La dopamine est le neuromédiateur du plaisir, et les endorphines nous plongent dans un état de béatitude.

L’ocytocine, dite « hormone de l’amour », est déclenchée par un simple regard, une caresse, ou même une pensée ; elle réduit le taux de cortisol, ce qui a pour conséquence de calmer l’agitation mentale.

L’orgasme stimule également la production de mélatonine, l’hormone du sommeil.

Le Pr Deray a consacré une étude au rôle essentiel de l’amour et de la sexualité sur la santé. Il relève notamment que ceux qui ont des rapports sexuels fréquents gèrent mieux les situations stressantes, et que la tolérance à la douleur est bien meilleure de 75 % chez les femmes qui se masturbent régulièrement.

D’autre part, l’orgasme aide à réguler le cycle menstruel chez la femme et diminue les douleurs physiques.

En somme, avoir des orgasmes réguliers permet de vivre plus longtemps et en meilleure santé.

Un neuropsychologue écossais a établi que « faire l’amour trois fois par semaine vous fait paraître cinq à sept ans plus jeune ».

En effet, pour l’anecdote, l’orgasme permet de libérer des substances au pouvoir anti-inflammatoire qui protègent la peau des hormones de l’âge et des toxines qui se cachent dans l’environnement, tout en améliorant la circulation sanguine.

Pour finir

Entretenez des pensées positives, cultivez la joie ; ne succombez pas à la peur.

Les émotions et les pensées influencent notre système immunitaire.

Les émotions négatives, comme la peur et la colère, conduisent à l’affaiblissement du système immunitaire ~ on parle d’effets immunosuppresseurs des émotions négatives.

Cela a été démontré dans de nombreuses études.

« La peur psychologique n’a rien à voir avec la peur ressentie face à un danger concret, réel et immédiat. La peur psychologique se présente sous une multitude de formes : un malaise, une inquiétude, de l’anxiété, de la nervosité, une tension, de l’appréhension, une phobie, etc. Ce type de peur concerne toujours quelque chose qui pourrait survenir et non pas ce qui est en train d’arriver. Vous êtes dans l’ici maintenant, tandis que votre mental est dans le futur…

La vie , c’est maintenant ».

Eckhart Tolle

ᗰᗩY YOᑌᖇ ᑭᖇᗩᑕTIᑕE ᗷE YOᑌᖇ ᒍOY ☆ KᗩᖇEᑎ

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *